Retour aux 90 km/h : la Nièvre relance le dossier, au point mort depuis deux ans

lesgardiensdelaroute13 Par Le 06/05/2022 0

Dans LA REVUE DE PRESSE

les gardiens de la route

Où en est le retour aux 90 km/h en Bourgogne ? Dans la Nièvre, le département rouvre ce dossier qui avait été  abandonné par le précédent conseil départemental. Une série de consultations vient de commencer auprès des  élus de tout le territoire. 

Le 1er juillet 2018, la vitesse maximale autorisée passe de 90 à 80 km/h sur une large partie du réseau de  départementales françaises. Face à l'impopularité massive de cette mesure, terreau des "gilets jaunes", le  gouvernement d'Edouard Philippe décide, un an plus tard, de permettre aux départements de revenir aux 90 km/h sur  certains axes. Qu'en est-il aujourd'hui ? France 3 s'est penché sur la situation des quatre départements de Bourgogne.  Première étape de cette série : la Nièvre, où le dossier vient tout juste d'être remis sur la table. 

Un projet abandonné début 2020, jugé trop cher 

Les routes de la Nièvre repasseront-elles un jour à 90 km/h ? Il y a deux ans, le dossier semblait enterré. En dépit de  son souhait d'abandonner les 80 km/h, le conseil départemental finit par renoncer début 2020, déplorant les "contraintes  exorbitantes" du projet, chiffré à 300 millions d'euros pour 800 kilomètres de routes. 

Il faudra des élections, et un changement de présidence du département, pour relancer le dossier. À l'été 2021, Fabien Bazin, maire (PS) de Lormes, succède à Alain Lassus (PS) au poste de président du conseil départemental de la Nièvre.  Fabien Bazin annonce à l'époque au Journal du Centre son souhait de "reposer le dossier sur la table, pour quatre, cinq  

ou six routes départementales". C'est aujourd'hui chose faite, a appris France 3 Bourgogne. Les élus locaux concertés jusqu'à fin juin 

Depuis le 19 avril, le département mène une série de réunions avec les maires et autres élus locaux de la Nièvre, pour  recueillir leurs avis et leurs souhaits sur les routes qui pourraient repasser à 90 km/h. 

"Nous voulons agir avec parcimonie en fonction de la qualité des routes, des espaces qu'elles traversent, et de l'intérêt  du point de vue sécuritaire", détaille le cabinet du président de département. 

Cabinet du président de département : "On sait qu'il y a des routes trop dangereuses, sinueuses. Il faut être  raisonnable." 

Au programme : 12 réunions, une pour chaque canton nivernais (excepté les cantons de Nevers qui seront regroupés en  une seule réunion). Les premières réunions ont eu lieu à La Charité-sur-Loire, Cosne-sur-Loire et Fourchambault. Pour  l'instant, "l'idée du retour à 90 km/h est très bien perçue, il y a une réelle attente", selon le département qui souhaite  "vraiment travailler et décider avec les élus". 

Comment relancer ce projet dont le coût avait été jugé rédhibitoire par l'ancienne équipe du département ? Cette fois-ci,  les ambitions sont revues à la baisse. 

Cabinet du président de département : "Nous voulons repasser à 90 km/h seulement sur les routes qui ne  nécessitent pas d'aménagements ou de travaux coûteux, type glissière de sécurité, terre-plein central... Et  uniquement là où il y aura une demande et un consensus avec les élus et les habitants." 

Quels tronçons pourraient être concernés ? Combien de kilomètres ? Ce n'est pas encore déterminé. Pour l'instant, le  département veut prendre la température dans tous les cantons de la Nièvre. La dernière de cette série de consultations  est prévue le 23 juin, à Pouilly-sur-Loire. 

 

 

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam